Paraboot

Avignon en Cordovan : Noir

829,17 €

Rémy Richard, cofondateur avec son épouse de la manufacture de souliers et bottes en caoutchouc Richard-Pontvert, dépose le nom Paraboot en 1927. Assemblage de « Para », un port d’Amazonie, d’où est exporté le latex, et « boot », une curieuse chaussure, qu’il a découvert lors d’un voyage aux Etats-Unis. Julien, son fils, entre dans la société en 1937. Plus passionné de nature, de chasse de pèche que par la ville et ses mondanités, Julien Richard recentre la fabrication sur les chaussures à semelles imposantes et cuir épais. En cousues « goodyear » ou « norvégien », elles sont destinées aux professionnels qui travaillent debout : agriculteurs, maquignons, bûcherons, bergers, postiers, ouvriers, artisans, qui doivent pouvoir compter sur des chaussures robustes mais confortables.

Paraboot devient dans les années 70 une référence de la chaussure technique de grande qualité et va jusqu’à séduire Haroun Tazieff pour l’étude des volcans ou encore Jean-Louis Turcat, emblématique pilote du Concorde et de l’Airbus, avec un modèle qui équipe toujours les pilotes des Mirage.

Nous proposons ici une version très exclusive du modèle Chambord en cordovan de la célèbre maison Horween.

  • 100% cordovan de la maison Horween
  • Modèle Avignon
  • Noir
  • Cousu norvégien
  • Semelle en gomme 
  • Taille standard, nous vous conseillons de prendre votre taille habituelle 
  • Fabriqué à Saint-Jean-de-Moirans, France

à propos de Paraboot

Le délai de livraison est estimé entre 2 et 5 jours en France et entre 4 et 10 jours dans le Monde en fonction du mode de livraison souhaité.

Les frais de livraisons sont offerts en Union Européenne dès 250€ d'achat et dans le Monde dès 350€.

Les échanges et retours sont acceptés dans les 14 jours suivant la réception de votre commande.

En savoir plus >

 Voir plus de produits Paraboot  |   Voir plus de souliers

A propos de Paraboot

Au début du XXe siècle, Rémy Richard, ouvrier-coupeur d'Izeaux petit village aux pieds des Alpes, fonde Richard-Pontvert avec son épouse Juliette Pontvert. Après avoir réparé des chaussures de l'armée pendant la Première Guerre mondiale, il remarque le potentiel du caoutchouc et finit par développer des semelles en caoutchouc et des techniques de vulcanisation. Rémy Richard dépose le nom Paraboot en 1927, assemblage de « Para », un port d’Amazonie, d’où est exporté le caoutchouc, et « boot », la curieuse chaussure en latex qu’il a découvert aux Etats-Unis.
Lorsque les chaussures aux semelles collées, moins chères, sont devenues populaires après la Seconde Guerre mondiale, Paraboot s'en est tenu à des semelles toujours cousues « goodyear » ou « norvégien » en cuir robustes pour les travailleurs. Parallèlement, la marque créee quelques modèles plus « légers » pour les architectes, géomètres ou autres vétérinaires. C’est ainsi que le modèle « Morzine » voit le jour. En 1945 c’est le tour de la légendaire « Michael ».

Des modèles spéciaux ont été développés pour les parachutistes, les explorateurs de volcans et même les pilotes des Mirage. L'entreprise produit également des chaussures techniques pour la moto, l'équitation et le ski, et ouvre même une usine de patins à glace en 1972.